Les écrans

Le média en ligne des médias en ligne

Avoir du succès sur YouTube : les conseils des pros

Philippe Couture

Pour que la sauce prenne, apprenez à connaître l’algorithme YouTube et les codes de l’autopromotion, disent entre autres quatre de nos youtubeurs québécois favoris.

succès Youtube
Photo : Sara Kurfeß | Unsplash

À regarder la scène YouTube québécoise, désormais foisonnante, vous avez peut-être envie de vous lancer à votre tour. Finie l’époque où le contenu en français était dominé par les Norman et Cyprien de ce monde !

Des contenus bouffe de Carl is cooking jusqu’aux vlogs sociophilosophiques d’Emile Roy, en passant par l’humour de Denyzee ou les contenus politiques de Thomas Gauthier, il y en a pour tous les goûts.

Il y a quand même encore de la place pour vous. Surtout si vous suivez les recommandations des quatre youtubeurs à succès à qui nous avons demandé de partager quelques trucs.

Ils ont chacun leur style : divertissantes mises en scène de soi chez PL Cloutier, vulgarisation scientifique de haute tenue chez Viviane Lalande (Scilabus), humour taquin et décalé chez Thierry Doucet et humour noir et cru chez WTFKev. Ce qui les unit ? La passion et les années d’expérience.

Dompter l’algorithme, selon PL Cloutier

Certes, vous devez avant tout penser à produire un contenu de qualité, et surtout un contenu qui vous passionne. Tous les youtubeurs vous le diront : il vaut mieux ne pas trop se soucier au début du nombre de vues et d’abonnés. Néanmoins, si vous voulez un petit coup de main de YouTube et de ses mystérieux algorithmes, PL Cloutier a un petit truc.

« Je remarque que les youtubeurs qui réussissent à bien se classer dans l’algorithme pendant plusieurs années sont ceux qui font à peu près toujours des vidéos sur le même thème, dans le même style et avec des mots-clés très populaires. C’est bête à dire, mais l’algorithme a tendance à pénaliser la créativité (sauf certaines vidéos virales exceptionnelles) et préfère suggérer du contenu qui ressemble à ce qu’on a l’habitude de regarder. Donc, mon truc, c’est de miser sur les mêmes thèmes ! »

> LIRE AUSSI :
COVID-19: Quand les influenceurs doivent se réinventer

Créations de niche

Attention : ça ne signifie pas qu’il faille abandonner toute innovation. Il faut creuser le même thème, certes, ou développer son contenu de façon nichée, mais varier les angles et les formats.

Un exemple ? PL Cloutier s’amuse régulièrement avec la bouffe et les boissons, comme dans la série des « 100 couches de quelque chose », qui a connu un vif succès.

> LIRE AUSSI :
L’art du Facebook Live en 4 conseils

L’art de la vidéo, selon Viviane Lalande

La chaîne Scilabus de Viviane Lalande est l’une des chaînes de vulgarisation scientifique les plus populaires au Québec. Au début, se souciant strictement de contenu, Viviane négligeait beaucoup la technique.

« Mais on ne peut pas passer outre la technique ad vitam æternam, dit-elle. Raconter une histoire ne suffit pas, il faut le faire avec un personnage éclairé et qu’on entend bien ! Cela semble complètement évident dès que l’on parle de vidéo, mais il y a 7 ans, quand j’ai commencé, je partais tellement de rien que je ne me rendais pas compte de toutes les étapes d’apprentissage à franchir pour obtenir une vidéo de qualité. »

Comment s’y est-elle prise ? Elle s’est formée « à 100 % avec des tutoriels sur YouTube ». Pas nécessaire de suivre un cours privé qui videra votre portefeuille ou vous fera perdre une année sur les bancs d’école. « L’offre sur YouTube est vraiment foisonnante. Ce n’est pas trop long de trouver chaussure à son pied. »

Le pouvoir de TikTok, selon Thierry Doucet

Si Thierry Doucet insiste sur la « constance des publications », qui a été pour lui un vrai moteur de propulsion, il confie avoir connu un nouvel élan depuis son apparition sur un certain réseau social chinois qui fait couler beaucoup d’encre : TikTok !

« Tik Tok, en 2020, c’est la meilleure façon d’aller chercher de nouvelles personnes », affirme-t-il, catégorique. Son approche ? De courtes vidéos de « pranks », des moments de complicité tendre avec sa copine et des vidéos particulièrement spontanées et sans prétention.

> LIRE AUSSI :
Devenir une vedette sur TikTok : mode d’emploi

La règle des 20 %, selon WTFKev

Des conseils, en voulez-vous ? En v’là ! Sur sa chaîne, le youtubeur WTFKev a détaillé en 2019 toutes ses meilleures astuces. On vous recommande d’écouter chacune des 142 minutes de cette vidéo avant de vous lancer dans la jungle YouTube.

Kev nous dit notamment de ne « pas dépenser trop d’argent pour l’équipement », de « maîtriser l’art du brainstorm express en 15 minutes », de « répondre aux haters avec de l’autodérision pour ne pas les laisser affecter votre moral et votre production » et de « faire beaucoup de collaborations avec d’autres youtubeurs, mais de les sélectionner avec soin ».

À notre avis, son meilleur conseil concerne la promotion de votre chaîne, pour laquelle vous devriez respecter la « règle des 20 % ». Qu’est-ce-à-dire ? Chaque fois que vous publiez sur les réseaux sociaux un contenu faisant directement la promotion de votre produit, avec l’objectif direct de vendre (du genre « abonnez-vous » ou « achetez mon livre »), vous devez la faire suivre de quatre publications de contenu pur ou de publications vraiment divertissantes.

Autrement dit, ne bombardez pas vos abonnés de trop de promo et laissez-les plutôt découvrir par eux-mêmes la vraie valeur de vos contenus. « Il n’y a que des avantages à faire ça, dit-il. Ça augmente votre capital de sympathie. »

Les bonnes plateformes

« Assurez-vous aussi d’utiliser les bonnes plateformes promotionnelles, ajoute WTFKev. Soyez présents sur seulement deux ou trois réseaux sociaux, pas cinq. Choisissez celles qui correspondent le mieux à votre contenu et celles où se trouve vraiment votre public. »

« Les youtubeurs qui sont autant sur Facebook que sur Twitter, Insta, Tiktok, Discord, Snapchat et Tumblr n’arrivent pas à faire des publications intelligentes et variées sur chacune des plateformes », poursuit-il.

Une mise en garde : le « youtubisme » s’apprend de façon autodidacte, par essais et erreurs. Autrement dit, comme le dit WTFKev, « il ne faut pas avoir peur d’échouer ». « Ne soyez pas perfectionniste à l’excès. Plantez-vous. Échouez autant de fois que nécessaire. Vous apprendrez de vos erreurs. » Qu’il en soit ainsi.

Une chaîne payante, oui c’est possible !

Un dernier conseil ? Ok ! Tous le disent : si vous voulez faire un peu d’argent comme youtubeur, il faut « diversifier les sources de revenus ».

Les revenus des publicités sur YouTube ne suffisent pas ; vous devez être présent sur Patreon, tirer d’autres revenus de Twitch ou d’un balado, avoir une deuxième chaîne YouTube sur un autre sujet, s’il y a lieu, et nouer des partenariats publicitaires avec des marques si vous le pouvez.

Un compte Onlyfans peut être très payant, si vous osez. N’hésitez pas non plus à vous lancer dans des activités connexes quand vous aurez atteint une certaine notoriété : scène, radio, télé, conférences et autres. En avant le succès !


PUBLIÉ LE 27/10/2020