Le média en ligne des médias en ligne

Les écrans

Le média en ligne des médias en ligne

Pourquoi Lucie ?

Publié le 22/04/2020 | par Steve Proulx

Comme bien des gens, je me souviens avoir sourcillé, l’automne dernier, en voyant passer le statut Facebook de la comédienne Lucie Laurier, alors qu’elle se questionnait sur ces mystérieuses traînées nuageuses…

chemtrails Lucie Laurier
Photo : Facebook

Pour accompagner ses clichés, une énigmatique légende : « Très naturels ces corridors de nuages à Montréal ! Ces épandages aériens sont quotidiens et partout. Je ne suis pas la seule à le remarquer… On ne veut pas notre bien, ça c’est certain. »

Pouf ! Lucie Laurier nous ouvrait soudain la porte de son jardin secret en partageant son inquiétude en ce qui concerne les chemtrails, une vieille théorie qui circule depuis quelques décennies dans les cercles complotistes.

Son statut sur les chemtrails a généré pas moins de 356 commentaires et 18 partages.

Certains commentaires étaient poliment dubitatifs (« Vous blaguez, j’espère ? »). D’autres étaient plutôt étonnés (« Ayoye ! Quand même renversant de lire toutes les inepties qui se disent ici !! Ce sont des nuages… des cirrocumulus stratiformis »). D’autres encore étaient carrément méchants (« Vous devriez faire augmenter votre médication »).

Certains ont rappelé à Lucie Laurier sa « responsabilité » en tant que personnage public : celle de vérifier ses informations avant de les partager.

Dans le flot de réactions, il s’est toutefois trouvé bon nombre de gens armés de « preuves », de documents et d’arguments béton pour confirmer l’inconfirmable : ces nuages ont été fabriqués par l’État dans le but de nous empoisonner/contrôler le climat/etc.

Ce jour-là — ce n’était sans doute pas son intention —, mais Lucie Laurier s’est trouvé un auditoire. 

Et c’est grisant, avoir un auditoire.

Ceci peut-il expliquer cela ? 

D’une théorie à l’autre

L’actrice a-t-elle trouvé dans le puits sans fond des théories du complot un angle à exploiter pour revenir sur le devant de la scène ? Peut-être. C’est une théorie. Je n’ai pas de preuves de ce que j’avance, mais je partage néanmoins. C’est ce qu’on fait en 2020, non ?

Deuxième théorie : alors que nous sommes confinés dans ce contexte quasi irréel, certains cherchent des bouées de sauvetage dans le brouillard. Peu importe la bouée, pourvu que ça flotte. Lucie Laurier ne serait alors que la partie visible d’un malheureux iceberg.

Une fois cette crise passée, les chercheurs en psychologie sociale auront beaucoup de phénomènes à étudier, c’est certain.

Pas sûr, en revanche, qu’ils étudieront les conséquences de cette crise sur la carrière de Lucie Laurier.



Lucie est en feu

Il y a dans la récente activité de la comédienne sur les médias sociaux un changement de ton radical depuis quelque temps. Une sorte de furie. De la colère. Comme une rage réprimée depuis trop longtemps.

Je ne couvrirai pas ici l’ensemble du dossier qui la concerne ni ne commenterai ses nombreuses envolées conspirationnistes. Pour ceux qui ne seraient pas au courant : voici l’histoire dans La Presse ; un article où la journaliste ose tout de même traiter l’actrice de « danger public ».

Sur Facebook et sur Twitter, Lucie Laurier se répand maintenant plusieurs fois par jour.

Juste le 21 avril, elle a été la « tendance » no. 1 sur Twitter. Elle a publié 7 statuts bien sentis sur Facebook, chacun recueillant des centaines de commentaires. Elle a notamment annoncé qu’elle ne serait plus représentée par l’Agence M — on comprend que ses envolées récentes ne sont pas étrangères à cette décision « d’un commun accord » — en plus de traiter les journalistes comme faisant partie d’une « caste méprisante en désuétude ».

Pourquoi Lucie ?

Sincèrement, j’aimerais comprendre comment elle en est arrivée là. Est-ce une tentative désespérée d’étirer son 15 minutes de gloire ?

Je n’ai rencontré Lucie Laurier qu’une seule fois, il y a plusieurs années, dans le cadre d’une longue entrevue pour le magazine ELLE Québec

J’ai le souvenir d’une personne lucide, franche, posée, consciente de qui elle est. Une personne à mille lieues de celle qui pollue mon fil de nouvelles Facebook ces derniers temps.

Elle est sortie de mon écran radar depuis. 

À vrai dire, le dernier vrai souvenir que j’ai de son travail en tant qu’actrice est celui de son rôle dans le film La grande séduction, en 2003.

Elle y jouait Eve, la mystérieuse et farouche beauté tombée dans l’œil du Dr Lewis (David Boutin). Celle-là même qui, à la fin, ouvrira enfin les yeux du beau docteur en lui révélant la vaste conspiration ourdie par le pouvoir en place.

Un rôle qui, étrangement, semble faire écho à celui que l’actrice a désormais choisi de jouer dans l’espace public.

Pourquoi Lucie ?


Celebs are ‘super-spreaders’ of coronavirus fake news, study says
(New York Post | 24/04/2020)


Nos contenus. Par courriel.

Vous avez aimé cet article?
Abonnez-vous à notre infolettre mensuelle aujourd’hui!


Steve Proulx