Les écrans

Du temps d’écran bien investi

L’information à Noovo: les jeunes loups contre les vieux routiers

Steve Proulx

Le tiraillage commercial entre Québecor Média et Bell Média ne date pas d’hier. Les deux géants des médias et des télécommunications bataillent sur plusieurs fronts : ils se disputent des abonnés, des cotes d’écoute, des revenus publicitaires. Avec le rachat de V par Bell Média et l’arrivée prochaine d’un service de nouvelles digne de ce nom à l’antenne de la chaîne rebaptisée Noovo, assistera-t-on au retour de la « guerre des nouvelles » ?

Photos : Noovo

Cette chronique a d’abord été publiée dans l’infolettre InfoBref du samedi 30 janvier. Pour s’y abonner, c’est par ici.

Des querelles commerciales, Québecor Média (QM) et Bell Média (BM) nous en ont donné plusieurs.

La guerre des sports : Retour en 2019. Bell Média annonce que la chaîne TVA Sports (QM) ne ferait pas partie de son forfait télévision le plus populaire, avantageant ainsi sa propre chaîne sportive, RDS. En guise de représailles, QM coupe l’accès à TVA Sports aux abonnés de Bell pendant les séries éliminatoires de hockey. Le CRTC donne finalement raison à QM, forçant BM à ajouter TVA Sports à son forfait le plus populaire.

La guerre du streaming : BM propose Crave, QB a son club Illico. Les deux plateformes de diffusion en continu misent sur une sélection de films et de séries populaires, offerts en français, et les deux cherchent à ravir des parts de marché au tout-puissant Netflix.

La guerre du dimanche soir : Alors que Tout le monde en parle est sur le pilote automatique à ICI Télé depuis des années, cet hiver, la guerre des cotes d’écoute du dimanche soir opposera surtout Star Académie (TVA), qui fait son grand retour après 9 ans d’absence, à Big Brother Célébrités (Noovo). Anecdote : ces deux téléréalités ont été créées par le groupe néerlandais Endemol; nos rivaux se battront ainsi avec des armes provenant… de la même usine.

Et bientôt, la guerre des nouvelles.

L’information dans la mire

Ce printemps, QM et BM fouleront un nouveau champ de bataille : celui de l’information.

En télévision, les bulletins de nouvelles forment le socle sur lequel une chaîne de télévision bâtit son auditoire. Les téléjournaux rallient les téléspectateurs tous les jours, à la même heure. On s’attache aux chefs d’antenne. Et à force de les fréquenter, il arrive souvent qu’on soit tenté par le reste du menu… Enfin, c’était la théorie lorsque la télévision généraliste dominait encore le paysage médiatique.

Aujourd’hui ? Je l’ignore.

Il n’empêche que, depuis des mois, Noovo recrute à gauche et à droite les talents qui composeront sa future salle de nouvelles.

Les chefs d’antenne déjà annoncés : Noémi Mercier (ex-L’actualité), Lisa-Marie Blais (ex-LCN), Michel Bherer (ex-Radio-Canada) et Meeker Guerrier (idem). Clairement, Noovo entend se démarquer en misant sur la jeunesse et la diversité.

> LIRE AUSSI :
État des lieux du journalisme québécois

Un retour aux premières années de Télévision Quatre-Saisons

À sa fondation en 1986, le réseau Télévision Quatre-Saisons (devenu TQS, puis V, puis Noovo) avait aussi eu l’audace de mettre à la barre de ses émissions d’information des têtes plus jeunes, souvent inconnues du grand public.

L’audace était belle, mais ces jeunes recrues n’ont jamais représenté une menace sérieuse aux bulletins de nouvelles de TVA. Jusqu’en 1999.

L’événement : l’arrivée de Jean-Luc Mongrain à la barre du Grand Journal de TQS. « Le mouton noir de la télé » sortait l’artillerie lourde avec un présentateur de nouvelles archiconnu, aimé du public et capable de livrer un vrai « show » de nouvelles, soir après soir. Le succès a été immédiat.

La guerre des nouvelles entre TQS et TVA a fait rage jusqu’en 2008, année de la fermeture du service de l’information par le nouveau propriétaire de TQS, Remstar.

Ironiquement, c’est Québecor, lors de la courte période durant laquelle l’entreprise détenait TQS, qui a embauché Jean-Luc Mongrain… justement pour damer le pion à TVA. C’était avant que l’empire de M. Péladeau mette la main sur Vidéotron (et donc de TVA) et que le CRTC ordonne à Québecor de se départir de TQS en 2001.

En conclusion, c’est Québecor qui a mis au monde la concurrence la plus menaçante que TVA a dû affronter ces dernières décennies.

L’histoire se répétera-t-elle ?

La nouvelle équipe de jeunes loups que Noovo mettra à l’antenne ce printemps saura-t-elle ébranler les vieux routiers de TVA que sont Pierre Bruneau ou Sophie Thibault ?

Le contexte est tellement différent. Les journaux télévisés ont perdu beaucoup de leur importance au cours des 10-15 dernières années.

Les jeunes adultes, que semble vouloir viser Bell Média, s’informent grâce aux médias sociaux. Changeront-ils leurs habitudes ? Deviendront-ils des habitués des bulletins de nouvelles à la télé ?

C’est un gros « peut-être » qu’il sera intéressant de surveiller ces prochains mois…


PUBLIÉ LE 03/02/2021


VOIR AUSSI :
Que réserve 2021 aux médias?
Tendances Médias 2021

Même sans boule de cristal, on peut déjà anticiper quelques tendances.

Médias et journalistes dans la loupe de Yann Guégan
Morgan Housel/Unsplash

Entrevue avec le créateur du site Dans mon labo, pro du journalisme de données.

Où en est l’aide fédérale au journalisme?
Financement du journalisme canadien

Les mesures du gouvernement du Canada pour soutenir le journalisme canadien : où en sommes-nous ?