Les écrans

Du temps d’écran bien investi

État des lieux du journalisme québécois

Steve Proulx

Désinformation, crise de confiance, revenus en chute libre… le journalisme québécois a connu une année sombre en 2020. Bilan.

Photo : Unsplash

Dans notre dossier, nous rassemblons des articles pertinents pour explorer plus en profondeur les tendances qui ont affecté le journalisme québécois cette année.

2020 : une année sombre

La pandémie de COVID-19 a asséné un coup dur aux effectifs journalistiques, déjà éprouvés par la crise des médias.

  • Patrick White en a fait le bilan. Au Canada, environ 2600 postes ont été perdus dans les médias en raison de la pandémie, selon une compilation réalisée par J-Source, et 29 000 aux États-Unis.
  • De nombreux journalistes ont profité de cette pandémie pour quitter la profession. Pascaline David en a rencontré quelques-uns.

> LIRE AUSSI :
Être journaliste en 2020 : Face à la précarité

Journalistes : des phares dans la nuit

La pandémie a aussi entraîné dans son sillage une véritable épidémie de désinformation (une infodémie). Les plus folles théories du complot entourant le virus, son origine, la 5G, Bill Gates ont circulé en 2020.

Plusieurs d’entre elles ont d’ailleurs été partagées par nul autre que le président des États-Unis, Donald Trump. C’est presque devenu sa marque de commerce : depuis 2016, Trump aurait proféré 23 mensonges par jour, selon le Washington Post.

L’ère de la post-vérité a forcément donné des ailes à une spécialité du journalisme : la vérification des faits.

Ève Beaudin, corédactrice en chef du projet Dépister la désinfo, le soulignait d’ailleurs. « Un ratio de 60 % de vraies nouvelles et de 40 % de fausses nouvelles permet de contre-balancer l’effet du tsunami de fausses nouvelles. Ça démontre l’importance de continuer à faire [notre travail en tant que médias], sinon on laisse le champ libre à toutes ces théories [du complot]. »

Dans pareil contexte, pas étonnant que cette pandémie ait donné des ailes à une spécialité du journalisme : la vérification des faits.

> LIRE AUSSI :
Fausses nouvelles : le mal de notre siècle

Regagner la confiance du public

Cette année, le discours voulant que le journaliste soit un ennemi du public a fait son chemin. La confiance se perd, donc, et elle se doit d’être regagnée, peut-on lire dans cet article de Pascaline David. Cet article jette aussi un regard sur le traitement traditionnel de l’information dans plusieurs médias. Un traitement qui, à la longue, peut contribuer à une certaine désaffectation du public.

Un avis que partage le journaliste et analyste en politiques publiques Patrick Déry. « Certains journalistes écrivent aujourd’hui dans les médias numériques de la même manière que dans un média papier, dit-il. Il n’y a aucune valeur ajoutée. Je suis de ceux qui croient que nos salles de presse sont trop populeuses, qu’il y a de la redondance dans la couverture médiatique. »

De son côté, l’animatrice et productrice Marie-France Bazzo a consacré un livre à ce désamour du public envers les médias : Nous méritons mieux (Éditions du Boréal).

« [Nos médias] se coupent de ce que les gens veulent vraiment lire et entendre en favorisant des points de vue tranchés et spectaculaires et en donnant toujours le micro aux mêmes personnes.

-Marie-France Bazzo

Comment financer l’information

L’État des lieux en 2020 des médias québécois d’information le souligne : l’information attire plus de lecteurs, mais moins de revenus.

Trouver des moyens de livrer un journalisme de qualité dans un contexte où le modèle d’affaires des médias est à réinventer, ce sera sans doute le projet de la prochaine décennie.

Les médias d’information devront maîtriser le langage du numérique. C’est déjà bien parti.

Florent Daudens

« Il faut essayer de nouveaux formats et amener dans les salles de presse des expertises qui n’existaient pas il y a dix ans. »

-Florent Daudens, directeur de l’information numérique, Le Devoir

Les médias devront trouver de nouvelles sources de revenus, notamment :

Le journalisme québécois devra embrasser l’innovation.
Nous avons d’ailleurs consacré un épisode de la balado Les écrans à ce sujet. À écouter ici :

La balado Les écrans est une coproduction 37e AVENUE et MonCarnet.com

CONTENU PARTENAIRE >
Téléchargez gratuitement le rapport exclusif «Comment les médias d’information peuvent-ils faire le poids face aux GAFA?», présenté par Hibe, une entité de Virtual Artifacts.


PUBLIÉ LE 05/12/2020


VOIR AUSSI :
Futurisme médiatique 101 avec Jacques Attali

L'avenir n'est pas rose pour les journalistes, selon l'économiste français.

Marie-Eve Martel, entre réalisme et optimisme

Entrevue avec l’auteure et journaliste au quotidien la Voix de l’Est.

Reuters Digital News Report 2021 : faits saillants et analyses

La confiance envers les nouvelles restent stable.

Quatre années de rentabilité pour Le Devoir

Voilà qui confirme le succès de son modèle d'affaires.