Le média en ligne des médias en ligne

Les écrans

Le média en ligne des médias en ligne

Fini le contenu strictement original sur AppleTV+?

Publié le 25/06/2020 | par Philippe Couture

Un gros changement de stratégie pour la plateforme qui avait annoncé miser sur le contenu exclusif à son lancement il y a six mois.

Apple TV+
Photos : ©Apple

Selon Bloomberg, qui assure avoir consulté des sources très proches du dossier, Apple TV+ serait sur le point d’annoncer un gros revirement de situation : la plateforme ajouterait sous peu à son offre de nombreux contenus « sous licence », c’est-à-dire un imposant catalogue de films et de séries déjà parus ailleurs et dont Apple n’est pas le producteur original. La stratégie tranche avec ce qui avait été annoncé lors du lancement de la plateforme en janvier, alors que le grand patron de la Pomme, Tim Cook, insistait pour défendre une plateforme axée uniquement sur le contenu original.

Les 30 séries produites à grand budget par Apple, comme The Morning Show avec Jennifer Aniston et Reese Whiterspoon, ne seront vraisemblablement plus seules à figurer au catalogue de la plateforme, qui a séduit 10 millions d’utilisateurs dès son lancement (selon Apple Insider). Pour concurrencer les Netflix, Hulu, AmazonPrime et Disney+ de ce monde, la stratégie du contenu strictement original semble insuffisante. Et ce, même si aucun effort n’a été négligé pour créer des contenus originaux attrayants, avec de gros noms et des budgets colossaux : la production d’un seul épisode de la série See coûte plus de 15 millions de dollars.



Mais quels contenus ?

Bloomberg dévoile que les bonzes d’Apple auraient récemment rencontré des studios hollywoodiens pour négocier des licences de contenu plus ancien, mais aucune information n’a encore été rendue publique au sujet de la nature de ces contenus. Les abonnés d’Apple TV+ auront-ils droit à des films et séries de Disney, qui a maintenant sa propre plateforme de vidéo à la demande, ou encore des films du studio Warner Bros., qui a déjà signé des ententes avec d’autres plateformes, même si son catalogue n’est en rien épuisé ? Il faudra patienter encore un peu pour le savoir.

Pour les abonnés québécois, quelle sera la place du cinéma québécois ou canadien ? Et les contenus des gros studios seront-ils tous offerts au Canada ou ailleurs dans le monde, ou géolocalisés en fonction de différentes ententes d’exploitation des droits selon les pays ? Voilà une autre difficulté du contexte actuel de démultiplication des plateformes, aux États-Unis comme ailleurs.

Ce qui est certain, c’est qu’avec cette forte concurrence, les négociations d’acquisition de contenu sous licence sont délicates – Apple orchestre ainsi son changement de cap dans un environnement de plus en plus hostile. Les informations dévoilées par Bloomberg semblent a priori concerner surtout le cinéma hollywoodien, mais on peut supposer qu’Apple TV+ cherchera aussi à acquérir des séries télé cultes. On sait en tout cas que c’est mort pour l’acquisition de certains mastodontes, comme les célèbres sitcoms Friends ou The Office, qui quitteront Netflix pour se retrouver en exclusivité sur la nouvelle plateforme HBO Max. Est-ce que ce sera aussi le cas de l’entièreté des productions HBO (propriété du géant AT&T) ? Parions que ça négocie fort à Cupertino…


>> DERNIÈRE NOUVELLE <<

Netflix domine encore au Canada, mais pour combien de temps? 

  • Au Canada, la moitié des francophones et 67% des anglophones sont abonnés ou ont accès à Netflix.
  • Mais sa suprématie ne restera pas éternelle : plusieurs services de diffusion en continu ont fait le plein d’abonnés durant le Grand confinement.

EN LIRE PLUS >>


Un problème de quantité, pas de qualité

Si Apple TV+ annonce bel et bien sous peu l’acquisition de contenus sous licence, on pourra conclure qu’il a fallu très peu de temps au géant pour réaliser que, dans le monde du « streaming », la quantité est aussi importante que la qualité. De l’avis général, la plateforme n’a pas encore su tirer son épingle du jeu en raison de la petitesse de sa bibliothèque – même si les contenus originaux ont été assez unanimement louangés par la critique et ont obtenu l’aval du public. La série Mythic Quest : Raven’s Banquet (Mythic Quest : Le festin du corbeau), par exemple, a été largement plébiscitée, ainsi que la toute nouvelle Trying (La vie d’adulte), ou encore Defending Jacob (Défendre Jacob). La plateforme a aussi connu un important succès critique avec le documentaire Beastie Boys Story ou la série Servant (Servant : La Domestique), de M. Night Shyamalan.

L’offre est de haut niveau, mais le consommateur actuel, habitué à l’abondance sur les plateformes concurrentes, s’attend à retrouver des contenus en forte quantité. Pour Apple TV+, l’avenir réside sûrement dans un juste équilibre entre le contenu original et le contenu sous licence.


Philippe Couture