Les écrans

Du temps d’écran bien investi

Facebook contre l’Australie: la suite

Patrick White

La semaine a été riche en rebondissements, dans cette saga qui dure depuis presque trois ans entre les géants du web et l’Australie.


Pour recevoir chaque semaine l’infolettre de Patrick White sur les médias, abonnez-vous ici!

L’Australie a mis de l’eau dans son vin et Facebook a reconnu la valeur des informations produites par les médias, ce qui est un changement de paradigme.

Facebook est en effet retourné à la table de négociations après sa décision controversée, la semaine dernière, de bloquer le partage des articles provenant des médias australiens par les citoyens au sein de la plateforme. Et le partage des articles de presse a été réactivé hier le 24 février en Australie.

Ce chantage de Facebook, pour protester contre le « Code australien » (adopté cette semaine par le Sénat), a réduit considérablement le trafic de sites australiens provenant de Facebook, mais a augmenté le trafic direct et provenant des autres outils de recherche comme Bing. Ça illustre aussi le trop grand pouvoir de Facebook et de ses acolytes.

L’Australie voulait imposer des amendes salées aux géants du web, et a finalement dilué sa proposition. Selon l’AFP, « ce compromis signifie que Facebook et Google — particulièrement visés par le projet — ne seront pas sanctionnés s’ils concluent certains accords avec des médias locaux pour payer les informations.

Un délai de deux mois leur a été octroyé pour négocier ces arrangements et éviter un arbitrage contraignant ». Des dizaines de millions de dollars seront investis dans des accords de redevances pour le contenu local.

Et au Canada

Dans un tel contexte, il est légitime de se demander quelle sera la stratégie du Canada pour éviter les mêmes écueils que l’Australie.

Selon le Directeur parlementaire du budget, une taxe de 3 % des GAFA pourrait générer des revenus de 4 milliards $ sur cinq ans au pays.

Pendant ce temps, nous attendons deux projets de loi du ministre du Patrimoine canadien Steven Guilbeault ce printemps : un sur la gestion des commentaires haineux par les GAFA et l’autre sur la taxation des géants du web.

L’épisode australien nous rappelle que le rapport de l’OCDE sur la taxation des GAFA est attendu au milieu de 2021. Une coalition de pays sera toujours plus forte que des initiatives locales isolées. Et le Congrès américain prévoit d’entendre les dirigeants de Facebook et Twitter le 25 mars. Le dossier est loin d’être clos.

> LIRE AUSSI :
Faut-il casser Facebook en morceaux?

Partage des revenus

Par ailleurs, Facebook et Google ont lancé des systèmes de partage de revenus (Facebook News, Google News Showcase, etc.) avec les médias aux États-Unis, au Royaume-Uni, en France et maintenant en Australie (Google a réglé la semaine passée avec News Corp. de Rupert Murdoch et les autres grands groupes de presse).

Le Canada est un des prochains sur la liste. Apple News partage déjà ses revenus au Canada avec certains éditeurs.

C’est un début, mais encore une fois, ces sommes sont bien maigres et n’offrent pas de vraie solution à la crise des médias.

Le 24 février, Facebook a annoncé un investissement de 1 milliard $ US sur troisans dans les contenus d’actualité. Il sera intéressant d’en connaître les détails.

L’espoir n’est pas perdu, mais la confiance a été ébranlée la semaine dernière avec le geste sans précédent de Facebook.

Plus que jamais, soyons sur nos gardes.

+

Pour aller plus loin :
– Le Canada
pourrait être la prochaine cible de Facebook.
Au Canada en 2020, Facebook et Google ont généré environ 280 millions de dollars en revenus publicitaires grâce au partage des articles de presse.
Facebook s’engage dans la lutte contre la désinformation climatique.
France : le montant payé par Google aux médias variera en fonction de l’audience et du lectorat.
Facebook aurait exagéré la portée des publications sur sa plateforme.


PUBLIÉ LE 26/02/2021


VOIR AUSSI :
Ce que Facebook nous réserve en 2021

Résumé des plus récentes annonces au sujet de cette plateforme incontournable.

Avec Collab, Facebook lance son propre TikTok

Une cure de jouvence pour Facebook?

Boycotter Facebook, kossà donne?
Boycott Facebook

Deux mois plus tard, les retombées du mouvement Stop Hate for Profit.

Et si Google et Facebook devenaient des services publics?
Lecture de Facebook

Nationaliser Google et Facebook? Une idée à explorer.