Le média en ligne des médias en ligne

Les écrans

Le média en ligne des médias en ligne

L’événementiel passe au virtuel

Publié le 05/10/2020 | par Jessica Dostie

La crise sanitaire force la tenue de nombreux événements en ligne. Des exemples? Juste pour rire, le Festival Mode & Design, le SIAL et C2 Montréal, pour ne nommer que ceux-là, ont dû se rabattre sur le virtuel en 2020.

événements en ligne
Illustration : Adobe Stock

L’événementiel sera-t-il transformé à jamais par la pandémie de COVID-19 ? « On va certainement apprendre de [la pandémie], par exemple en instaurant plus de mesures sanitaires dans les événements », croit Thara Tremblay-Nantel, présidente-fondatrice Thara Communications et organisatrice de la journée de conférences AgendaPR, qui se tiendra à distance en novembre.

« On regarde la vie d’avant et on se demande presque comment on faisait pour aller dans des événements bondés où on se faisait la bise et où on serrait des dizaines de mains, s’exclame-t-elle. Ce genre d’attitude va changer, c’est certain. »

Classes virtuelles

Du côté d’Infopresse, on mise désormais sur des formations 100 % virtuelles. Du moins pour le reste de l’année 2020, annonce son président, Arnaud Granata, en entrevue. « On ne sait pas quand [la pandémie de COVID-19] va se terminer », souligne-t-il, ajoutant que même lorsqu’un vaccin sera disponible, il faudra encore un certain temps pour s’en remettre.

« Même à partir du moment où on pourra organiser des événements en présentiel, les effets du confinement vont perdurer, estime-t-il. Il y aura un legs de tout ça. Je ne pense pas que les gens vont se garrocher tout de suite dans un événement. »

Comme les analystes l’évoquent déjà en ce qui concerne le trafic aérien, Arnaud Granata suppose qu’il faudra attendre « deux ou trois ans » avant une vraie reprise. « Les entreprises devraient voir là de vraies opportunités de faire le shift vers le numérique. »

Événements en ligne : avantages certains

Principal avantage des événements en ligne ? La possibilité de joindre le public peu importe où il se trouve, répond Thara Tremblay-Nantel.

La professionnelle des communications cite notamment en exemple les conférences de presse du festival ComédiHa !, à Québec. « Même avant la pandémie, ils avaient adopté ce modèle afin d’accommoder les nombreux journalistes culturels basés à Montréal », décrit-elle.

C’est aussi un moyen d’obtenir une certaine attention à l’international, renchérit la cofondatrice du Festival Mode & Design, Chantal Durivage. Cette année, l’événement fait bon usage de la technologie pour assurer sa diffusion.  

« On réfléchissait au virage numérique depuis des années, précise la femme d’affaires. C’était une belle occasion de faire des tests. » Outre un défilé en ligne mettant en vedette des créateurs locaux, le festival a recréé son « village de boutiques » en version 2.0 et a présenté un talk-show d’une heure.

Des expériences « concluantes », selon ses dires. « Le numérique nous ouvre des portes ; c’est franchement intéressant. »

Virage hybride

Même si l’ère du numérique est sur une lancée, Chantal Durivage demeure convaincue que, tôt ou tard, on reviendra à des événements en présentiel. « Il faudra trouver comment créer un dialogue entre les deux formats », prévoit-elle toutefois. Pour elle, un modèle hybride, qui marie à la fois des activités en personne et en mode virtuel, semble particulièrement prometteur.

« Je pense que les gens vont ressentir à nouveau le besoin de se retrouver, continue-t-elle. Après tout, les humains sont des êtres sociaux. Est-ce que ce sera d’énormes rassemblements comme avant ? »

Il est encore trop tôt pour le dire.


Jessica Dostie

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *