Le média en ligne des médias en ligne

Les écrans

Le média en ligne des médias en ligne

Quel avenir pour le monde des médias post-2020?

Publié le 14/09/2020 | par Mahé Cayuela

La crise sanitaire a précipité la chute des revenus dans les secteurs du divertissement et des médias, et ce, partout dans le monde, révèle un récent rapport de PwC.

étude PwC
Illustration : VectorMine | Adobe Stock

Avec une baisse des revenus de l’ordre de 5,6 % par rapport à 2019 — la plus forte diminution depuis que cette étude est publiée —, l’année 2020 s’annonce sombre.

Que faut-il en retenir ?

Selon PwC, « le monde du divertissement et des médias est, en 2020, encore plus numérique, plus mobile, plus partagé, plus personnel, et, pour l’instant du moins, plus axé sur la consommation à domicile que ce qu’on aurait pu imaginer au début de l’année ». 

En deux mots, les nouvelles habitudes de consommation favorisent certains secteurs au détriment des autres. En voici quelques exemples :

  • Salles de cinéma en péril – Avec une augmentation prévue de 26 % pour 2020, les revenus des plateformes de vidéo à la demande dépasseront ceux des cinémas. C’est une première. Et ce n’est pas tout : le rapport estime que ces revenus continueront d’augmenter au cours des cinq prochaines années. Dès 2024, ils représenteront le double des recettes des cinémas, à quelque 75,1 milliards de dollars américains. En 2015, les recettes des cinémas étaient encore trois fois supérieures à celles des Netflix de ce monde.

LIRE AUSSI : Mulan sur Disney+ : un tournant pour le cinéma ?

  • Déclin de la presse papier… – La crise a accéléré la longue transition de l’imprimé vers le numérique entreprise par les journaux. Par conséquent, les revenus générés par les journaux imprimés ont plongé. Ainsi, le chiffre d’affaires mondial baissera de 14,3 % en 2020, mais devrait revenir aux tendances pré-COVID vers la fin de la période de prévision.

    Du côté des magazines grand public, le point de bascule aura lieu en 2023. PwC estime que les recettes des plateformes numériques surpasseront alors celles des versions papier.

LIRE AUSSI : Quand on laissait traîner l’information de qualité

  • mais hausse de l’achat de livres – Le secteur du livre devrait poursuivre sa croissance, avec un chiffre d’affaires en hausse de 1,4 % par an de 2019 à 2024. Autrefois considéré comme la plus grande menace pour le papier, le livre électronique continue aussi de croître, mais à un rythme moins soutenu qu’au cours des années précédentes. En outre, les ventes de liseuses ont ralenti. Les consommateurs préfèrent de plus en plus la lecture sur téléphone ou tablette, ou encore les livres audio.
  • Radio et musique à la demande sur une lancée – Les ventes de musique sur support physique et les téléchargements de musique numérique continuent de souffrir du passage des consommateurs aux services d’écoute en continu. Pour preuve, en 2019, les revenus avaient diminué de 60,4 % par rapport à 2015. La radio traditionnelle semble pour sa part stimulée par le nombre croissant de nouvelles plateformes et de voies de distribution. Par exemple, la démocratisation des haut-parleurs intelligents, le lancement de la 5G ainsi que la disponibilité de forfaits de données mobiles moins chers.

LIRE AUSSI : La musique en continu en sourdine

  • Est-ce la fin des consoles de jeu vidéo ? – Malgré un taux de croissance plus lent que prévu, le marché de la réalité virtuelle continue à croître à mesure que l’industrie surmonte les défis techniques. L’industrie du jeu vidéo restera tout de même le plus important moteur de croissance de ce marché. L’étude PwC prévoit également que les principaux créateurs de jeux se tourneront vers le modèle d’abonnement afin de trouver de nouvelles sources de revenus. Cette tendance est favorisée par l’arrivée récente de géants comme Microsoft et Google dans le secteur et par l’amélioration de la connexion à l’internet haut débit un peu partout sur la planète. Les consoles seront toutefois progressivement délaissées au profit des jeux sur ordinateur et téléphone. Les appareils mobiles deviendront le moteur de la croissance de ce marché notamment grâce aux microtransactions intégrées aux jeux.
  • Le cellulaire, toujours populaire – Fort de plus de 5,1 milliards de connexions dans le monde d’ici 2024, le téléphone intelligent, grâce à des écrans plus grands et une meilleure connexion haut débit, prendra le dessus sur les tablettes et les ordinateurs. PwC estime aussi que la consommation de données augmentera de 33,8 % en 2020.

La lumière au bout du tunnel ?

Selon les analystes de PwC, la crise économique provoquée par la pandémie de COVID-19 sera rapidement passée. Dès 2021, les dépenses dans le secteur du divertissement et des médias augmenteront de 6,4 %, estiment-ils.
 
« S’il est vrai que les entreprises devront encore relever des défis à l’heure où nous tentons de dépasser la pandémie, la migration vers le numérique que la crise a entraînée créera également des occasions dans tous les segments — et pas seulement dans ceux qui ont bénéficié de ses répercussions à ce jour », a commenté par voie de communiqué le directeur international du département Médias et loisirs chez PwC, Werner Ballhaus
 
Publié annuellement depuis 1999, le rapport Global Entertainment & Media Outlook de PwC dresse les projections sur cinq ans des données sur les dépenses des consommateurs et des annonceurs dans 14 segments et 53 territoires.


Les plus lus sur Les Écrans :

Mahé Cayuela