Les écrans

Le média en ligne des médias en ligne

5 pistes pour séduire les recruteurs en ligne

Catherine Courchesne
Récents articles de Catherine Courchesne (tout voir)

Qu’est-ce que qui attire l’attention des chasseurs de têtes sur les profils sociaux des candidats ? On fait le point.

Cybervetting
Illustration : Rudzhan | Adobe Stock

Qu’est-ce que le cybervetting ?

Terme anglais pouvant se traduire par cybervérification ou vérification en ligne, le cybervetting fait allusion au phénomène suivant : de plus en plus de recruteurs inspectent les profils sociaux des candidats potentiels afin de vérifier leur adéquation avec l’employeur. Sous leur loupe ? Les Facebook, Twitter, Instagram et LinkedIn de ce monde.

« Méfiez-vous d’un recruteur qui utilise uniquement Facebook pour trouver l’employé idéal », prévient toutefois Xavier Thorens, président chez Thorens Solutions, une entreprise de chasseurs de têtes.

Selon lui, les recruteurs sérieux se fient d’abord et avant tout à LinkedIn, un média social professionnel. D’autres encore naviguent sur des médias sociaux spécialisés, tels que Stack Overflow, qui cible les experts en technologie de l’information.

N’empêche, une belle photo de profil ne suffit pas. Voici donc quelques stratégies pour attirer les recruteurs.

La base

« Nul besoin de réinventer la roue, soutient le chasseur de têtes aguerri. Sur LinkedIn, notamment, il suffit de donner les informations essentielles, c’est-à-dire celles qu’on retrouve généralement dans un CV. »

Parmi celles-ci, notons le poste recherché, les connaissances, les compétences et les expériences pertinentes. Petit truc : écrivez des mots clés spécifiques qui feront ressortir votre profil dans les recherches. Par exemple, utilisez le terme « infirmière » plutôt que le fourre-tout « spécialiste de la santé ».

> LIRE AUSSI :
8 stratégies pour tirer le meilleur de LinkedIn

La localisation

Les recruteurs ont également à l’œil la localisation. « En général, ils recherchent des personnes habitant à 45 minutes ou moins du lieu de travail », précise Xavier Thorens.

Cela dit, en cette ère où le télétravail gagne ses lettres de noblesse, l’expert souligne que ce critère risque de perdre de son importance…

La stabilité

Vous changez fréquemment d’emploi ? Attention ! Les recruteurs pourraient mettre votre candidature de côté. En général, ils accordent une grande importance à la stabilité, signe de fiabilité et de crédibilité.

« De nos jours, un employé stable occupe le même poste pendant au moins cinq ans, la période jugée nécessaire pour acquérir les connaissances et les compétences requises », explique Xavier Thorens.



Les contacts

Ici, le nombre fait la force. « Avec un réseau LinkedIn comptant seulement 100 relations, vous risquez de passer inaperçu aux yeux des recruteurs », avertit Xavier Thorens. Autrement dit, plus vous avez de relations (et de relations communes !), plus vous serez contacté souvent.

Sur Facebook et Instagram, avoir beaucoup d’abonnés peut jouer en votre faveur, surtout si vous œuvrez dans des domaines comme la vente ou le marketing.

La visibilité

Et la photo de profil, dans tout ça ? En 2016, une étude belge de l’Université de Ghent révélait que les candidats ayant une belle photo de profil Facebook étaient 38 % fois plus souvent convoqués en entrevue.

Xavier Thorens rectifie les faits : « Les stratégies de visibilité, comme avoir une photo attrayante, écrire des commentaires sur les publications de vos relations ou utiliser le mot-clic #opentowork, vont attirer les recruteurs… à une condition : votre profil et votre réseau doivent être solides. De plus, je me poserais de sérieuses questions sur l’éthique de recrutement d’un employeur qui accorderait beaucoup d’importance à une photo Facebook. »

Son opinion va d’ailleurs dans le sens d’une étude canadienne publiée plus tôt cette année. On y apprend que, malgré l’absence de réglementation sur la cybervérification, les recruteurs devraient indiquer clairement les médias sociaux qu’ils examinent ainsi que les informations qu’ils y récoltent. Pour des pratiques d’embauche éthiques, tout simplement.


PUBLIÉ LE 29/10/2020