Les écrans

Du temps d’écran bien investi

Avec Collab, Facebook lance son propre TikTok

Marianne Prairie
Récents articles de Marianne Prairie (tout voir)

Lancée en décembre 2020, l’application de création musicale Collab s’adresse manifestement à la génération Z. Une cure de jeunesse pour Facebook ?

Illustration : Mohamed Hassan | Pixabay

Offerte uniquement aux États-Unis pour le moment, Collab possède beaucoup de points communs avec TikTok : vidéos de très courte durée, omniprésence de la musique, réinterprétation et remix de séquences partagées par d’autres utilisateurs. On est en terrain connu, celui occupé majoritairement par les Z. 

Toutefois, Collab axe particulièrement son offre autour de la création musicale collective. Le slogan « Band Together » invite les musiciens, chanteurs et DJ à adopter l’application comme local de pratique virtuel, tout à fait adapté au confinement.

Et qu’on soit artiste ou pas, on peut jouer avec la musique des autres pour créer des assemblages inédits. L’application se charge de synchroniser le rythme des boucles musicales pour rendre le montage harmonieux et facile. Chaque boucle dure 15 secondes et on peut en combiner trois à la fois. Jammer n’aura jamais été aussi simple.

> LIRE AUSSI :
L’art du Facebook Live en 4 conseils

Collaborer, mais avec qui ?

La mise en valeur de l’échange et de la création musicale collective comme interaction principale entre les utilisateurs est un aspect intéressant de Collab, selon Laurent Tremblay, conseiller stratégique, contenu omnicanal chez COLAB STUDIO (entreprise montréalaise qui n’a rien à voir avec Collab, l’application).

« Le fait de communiquer par le langage musical, ça offre plusieurs possibilités pour toutes sortes d’artistes de partout dans le monde. D’abord, c’est un terrain fertile pour faire la découverte de nouveaux talents », explique-t-il.

Il ajoute que des vedettes pourraient aussi se prévaloir d’une telle plateforme pour connecter avec leurs fans autour de la matière première, la musique comme telle : « N’importe qui peut alors collaborer avec son musicien ou chanteur préféré. Ça fait éclater la relation unidirectionnelle habituelle où le public reçoit la musique, mais ne la fait pas. »

Un petit air de jeunesse pour Facebook 

L’application est issue du groupe New Product Experimentation (NPE) de Facebook, une communauté d’entrepreneurs et de développeurs réunis autour de projets expérimentaux. Une première phase de rodage, sur invitation seulement, s’est déroulée de mai à décembre 2020.

Collab est téléchargeable gratuitement via l’App Store, mais seulement sur le territoire américain. On en est donc aux balbutiements de ce produit. Pour le moment, il n’est pas question de parler de concurrence avec TikTok et ses 700 millions d’utilisateurs actifs mensuellement

Selon Laurent Tremblay, succès ou pas, il s’agit quand même d’une stratégie de rajeunissement pour Facebook : « La plateforme est vieillissante et ses utilisateurs aussi. Ce n’est pas étonnant de les voir lancer un produit semblable à TikTok pour aller explorer la Gen Z. »

Collab fait office de petit satellite amusant autour de l’énorme entité qu’est Facebook. L’application musicale pourrait évoluer avec la rétroaction de son public, voire être intégrée à l’un des réseaux sociaux de la famille Facebook comme une fonctionnalité supplémentaire.

« Facebook reste la plateforme de choix pour les marques. C’est un hub complexe et omniprésent qui est là pour rester », croit Laurent Tremblay.

L’avenir de Collab sera sans doute influencé par l’intérêt que les marques y porteront. D’ici là, aucune date de lancement pour le Canada n’a été précisée.


PUBLIÉ LE 04/02/2021


VOIR AUSSI :
Faut-il casser Facebook en morceaux?

Le dernier épisode de la lutte contre les géants du Web s'annonce épique

Boycotter Facebook, kossà donne?
Boycott Facebook

Deux mois plus tard, les retombées du mouvement Stop Hate for Profit.

Facebook sera-t-il démantelé?

La FTC juge que le géant du web est devenu trop gros et influent.

Facebook à l’ère de la modération artificielle
Facebook surveillance

Comment Facebook a laissé l’IA modérer ses utilisateurs.