Les écrans

Le média en ligne des médias en ligne

Balado Les écrans, ép. 2

Steve Proulx

Pour ce deuxième épisode de la balado Les écrans, on s’intéresse aux modèles d’affaires en pleine mutation de deux industries : celle des médias d’information et celle du cinéma.

La balado Les écrans est une coproduction 37e AVENUE et MonCarnet.com

Pour écouter La balado Les écrans sur :


Le modèle d’affaires des médias d’information

Depuis quelque temps, c’est l’existence même des médias d’information en tant qu’organisations économiquement viables qui est menacée.

Les GAFA accaparent la majorité des revenus publicitaires, laissant des miettes aux médias d’information qui doivent trouver d’autres sources de revenus. Où ? D’abord, dans les poches des lecteurs, en imposant des murs payants.

Dans cet épisode, on en discute avec Nelson Roberge, coéditeur de BaronMag, un magazine en ligne qui a récemment décidé de placer ses contenus derrière un mur payant.

Nelson Roberge

« Le mur payant, c’est un filtre. Le coût de l’abonnement, c’est symbolique. Le but, c’est de créer notre propre réseau. On continue d’utiliser les réseaux sociaux pour générer du trafic […], mais, éventuellement, on n’aura peut-être plus tant que ça besoin de Facebook… »

Le modèle d’affaires des salles de cinéma

La pandémie a forcé la fermeture des salles de cinéma. Des tournages ont dû être interrompus et la sortie de blockbusters a été repoussée.

Mais la pandémie a aussi été l’occasion de tester, pour vrai, la sortie de films exclusivement en ligne. Par exemple, Disney a décidé d’offrir le nouveau Mulan exclusivement aux abonnés de Disney+, pour un montant de 30 $US (35 $ au Canada).

Pour l’instant, il n’est pas certain que les sorties de films exclusivement en ligne soient une activité profitable. On sait par contre que, pour un film en salle, environ 40 % à 60 % des revenus du box-office vont dans les poches du cinéma, et non dans celles du producteur. 

Si les grandes maisons de production réalisent qu’elles peuvent générer de plus gros profits en se passant des salles de cinéma, quel avenir pour le modèle d’affaires du cinéma en salle ? 

On en parle avec la critique cinéma au Devoir Manon Dumais.

Manon Dumais

Manon Dumais

« Si le cinéma n’a pas tué le théâtre, et si la télé n’a pas tué le cinéma, je ne vois pas pourquoi le streaming tuerait le cinéma. Pour moi, le streaming et le cinéma en salle sont des vases communicants. »


NOTE : Cet épisode a été enregistré avant les nouvelles règles sanitaires annoncées début octobre par le gouvernement Legault. À l’époque, souvenons-nous, on pouvait encore fréquenter les salles de cinéma…


PUBLIÉ LE 07/10/2020


Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *