Les écrans

Du temps d’écran bien investi

Ép. 9 – Liberté d’oppression avec Alain Saulnier

Steve Proulx

On s’intéresse à la coalition Liberté d’oppression avec Alain Saulnier, qui a été aux premières loges du journalisme québécois pendant près de quatre décennies.

Alain Saulnier

Écouter La balado Les écrans sur :


Ce mois-ci, on s’intéresse à la coalition Liberté d’oppression, lancée par les députés Catherine Dorion et Joël Lightbound pour dénoncer la désinformation et les propos haineux ou diffamatoires dans certains médias québécois.

Plus de 10 000 personnes ont déjà signé le manifeste de la coalition, qui peut compter sur l’appui de plusieurs personnalités, incluant l’ex-maire de Huntingdon et ex-polémiste Stéphane Gendron, l’auteure-compositrice-interprète Safia Nolin, la romancière et essayiste féministe Martine Delvaux et celui que nous recevons dans cet épisode de la balado Les écrans : Alain Saulnier.

Méconnu du grand public, Alain Saulnier est néanmoins une figure importante du journalisme au Québec.

Il a été journaliste à Radio-Canada pendant 28 ans, dont six comme directeur général de l’information, de 2006 à 2012. Il a aussi été président de la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) de 1991 à 1997, et c’est sous sa gouverne que la FPJQ s’est dotée de son premier Guide de déontologie. Depuis 2012, il enseigne le journalisme à l’Université de Montréal. 

Nous avons donc à notre micro quelqu’un qui a été aux premières loges du journalisme québécois pendant près de quatre décennies !

Un extrait de l’épisode :


La balado Les écrans est une coproduction 37e AVENUE et MonCarnet.com

+

Si vous souhaitez ajouter votre voix à la coalition Liberté d’oppression, c’est par ici !


PUBLIÉ LE 17/05/2021


VOIR AUSSI :
Radio X: la provocation comme modèle d’affaires

Pourquoi le modèle d’affaires de Radio X fonctionne-t-il à Québec?

Il est temps de réinventer CBC/Radio-Canada

ICI TOU.TV pourrait peut-être avoir une chance contre Netflix.

État des lieux du journalisme québécois
journalisme québécois

Le journalisme québécois a connu une année sombre en 2020. Bilan.

Olivier Niquet, collectionneur de la bêtise
Olivier Niquet

Aucun lapsus ni aucune déclaration malheureuse ne lui échappe.